English
Français

Célébration du XXème anniversaire de la résidence du Château de Lavigny, discours du 15 septembre 2016

Lavigny, le 15 septembre 2016,

Chers amis du Château de Lavigny, et plus particulièrement de la résidence pour écrivains qu’il abrite,

Nous sommes heureux de vous accueillir en ce jour d’anniversaire et vous remercions d’être venus pour y participer, célébrer l’événement avec nous et les écrivains qui résident actuellement dans la maison.

Il était une fois……..

Heinrich Maria Ledig-Rowohlt, un célèbre éditeur allemand qui avait connu les heures sombres de la guerre dans son pays mais avait pourtant réussi à faire survivre dès 1945 l’activité éditoriale lancée par son père, qui trouvait à Lavigny, dans ce paysage de campagne et de  vignes, un refuge bienheureux. Cette maison allait connaître une effervescence littéraire incroyable du vivant de l’éditeur qui convoquait entre autres chez lui les plus grands écrivains américains de l’après-guerre, afin de les faire traduire et donner à lire aux Européens. Le Château fut acheté en 1970 par Heinrich et Jane Rowohlt qui y vécurent jusqu’à leur décès.

Il y a donc 20 ans…..

En 1996, 4 ans seulement après le décès de Ledig-Rowohlt, le Château de Lavigny recevait pour la première fois 4 écrivains venus des 4 coins du monde (déjà !), inaugurant ainsi la résidence pour écrivains. Depuis cette année-là, à la belle saison, la maison accueille des écrivains qui séjournent ici un mois pour travailler à leur projet et qui tissent entre eux des liens durables et précieux, d’après ce qu’ils rapportent.

La transition n’a donc pas été longue. En 1996, la maison retrouvait une vocation littéraire, mais sous une autre forme.

Evoquer toutes ces années de résidence serait une longue histoire. Mais pour nous qui avons mené à bien ce programme, ce fut une jolie histoire. Un comité de 5, parfois 6 personnes, un jury en février pour sélectionner les dizaines et dizaines de dossiers de candidature, et enfin l’accueil, principalement l’œuvre de Sophie Kandaouroff, la maîtresse des lieux. Les étés se sont succédés, un peu plus de 500 écrivains, romanciers, poètes, traducteurs ont couvert ici des pages et des pages d’écriture. Nous avons toujours été attentifs à inviter des bons traducteurs, conscients que nous étions de l’héritage de Ledig-Rowohlt qui s’était tant attaché à susciter des traductions. Peu d’angoisse de la page blanche, a-t-on appris. Les lieux sont propices, l’inspiration n’a pas de retenue, les mots coulent.

Aujourd’hui, pour évoquer ces années de résidence, nous disons : place aux écrivains !

En effet, si cette résidence d’écrivains a un sens, si elle a une valeur, c’est aux écrivains qui y ont séjourné qu’on le doit. Ce sont eux, leurs textes, leurs poèmes, leurs écrits qui ont donné tout son sens et toute sa  valeur au programme.

A l’occasion de cet anniversaire, nous avons convoqué plusieurs écrivains résidents, des anciens qui sont aujourd’hui absents mais qui ont laissé des propos parlants dans les livres d’or, d’autres qui ont contribué par des écrits à l’anthologie que nous avons assemblée et qui vous sera présentée ; d’autres encore qui sont venus tout exprès d’ici et d’ailleurs et qui liront de courts extraits. La conclusion sera musicale, une surprise !

 Je le disais un peu plus haut, ici l’inspiration n’a pas de retenue, les mots coulent.

Justement à propos de l’émergence des mots, écoutez ce que disait la poétesse américaine Rita Dove, prix Pulitzer de poésie en 1987, qui faisait séjour ici la première année de résidence.

« A funny business, this writing of poems…

For the poet wrestles with the bones of the language, trying to unleash the soul within those bones. And so one is constantly searching for the perfect word – a word so right, it trembles at the slightiest explanation, a word that sings as it leaves the tongue and vibrates in the air long after its sounding.

Here at the Rowohlt Château in Lavigny, I can walk out onto the thread of a thought with no fear of it snapping. »

« Je peux marcher sur le fil d’une pensée sans craindre de le briser. »

Ben Okri, le poète et romancier nigérian qui séjournait au Château cet été au mois d’août, parlait, lui, de magie. Vous direz peut-être que c’est facile de parler de magie, mais ce queBen Okri en dit est révélateur.

Je cite en anglais « magic is a much misunderstood phenomenon. People think it fantastical. But true magic is quiet, its effect is transformative. But you don’t know how true transformations happened. Magical is what Château de Lavigny is ; and it has worked its magic on me ». Il parle d’alambic, de chaudron d’alchimie. Il dit que les problèmes d’écriture se sont dénoués d’eux-même. Plus loin je cite de nouveau « beyond writing we all felt ourselves subtly and not so subtly changed here, as if an unvisible Prospero of life brings us  a new shore of being »

Prospero, ce magicien de Shakespeare qui règne sur les esprits et les éléments naturels grâce à ses livres. Un invisible Prospero qui nous mène vers un nouveau rivage de nous-même.

Je terminerai en évoquant brièvement Georges Borgeaud qui passa le mois de juin au Château en 1997. Il est le seul écrivain qui n’écrivit pas une ligne pendant son séjour. Il était très âgé. Il tenait salon au fond du jardin, convoquant ses amis et tout un monde qui venait lui rendre visite, tenant de longues conversations avec lui qui était encore très disert. Sur la table de jardin, il y avait quelques-uns de ses livres. Il demandait à l’un ou l’autre lecture d’une page ou deux.

Il a écrit dans le livre l’or : « le pays d’Aubonne et ses environs ont été les miens dans mon adolescence. Voilà que j’y suis revenu bien des années après en cet été 1997. Je n’aurais jamais pensé qu’un jour je serais l’hôte d’un château avec d’autres écrivains. Ainsi je fais la boucle entre la jeunesse et, hélas, la vieillesse. » Nous avons été très heureux de le recevoir au Château.

 

RESIDENCES D'ECRITURE 2016 :

PROGRAMME 2016

 

Première session du 31 mai au 27 juin 2016,

RICH BENJAMIN (USA), JULIA DECK (FRANCE), SUSAN MCKAY (IRLANDE), BRIAN NELSON (AUSTRALIE), VLADIMIR SHAROV (RUSSIE)

 

Deuxième session du 28 juin au 25 juillet 2016

LUKE FISCHER (AUSTRALIE), MONIQUE ILBOUDO (BURKINA FASO), ANNA MATVEEVA (RUSSIE), DIANE MEUR (FRANCE/BELGIQUE), TOM POW (GRANDE-BRETAGNE)

 

Troisième session du 26 juillet au 22 août 2016

DENIS HIRSON (FRANCE/AFRIQUE DU SUD), BEN OKRI (NIGERIA/GRANDE-BRETAGNE), ADINE SAGALYN (FRANCE/USA), GABOR SCHEIN (HONGRIE), CONSUELO TRIVINO-ANZOLA(ESPAGNE/COLOMBIE), JAKOB ZIGUNAS (POLOGNE/AUSTRALIE)

 

Quatrième session du 23 août au 19 septembre 2016

CLEMENT BENECH (FRANCE), KATICA GAROSKA ACEVSKA (MACEDOINE),  JEAN-PIERRE ORBAN (FRANCE), ANNI SUMARI (FINLANDE), ANNE VON CANAL (ALLEMAGNE)

CONGRATULATIONS TO ADAM ZAGAJEWSKI, Former resident 2000, for The Jean Améry Prize 2016

 

2016 Jean Améry Prize collection

 

Yesterday, Adam Zagajewski was awarded the 2016 Jean Améry Prize for European essay writing in Berlin. To coincide with the award ceremony, Eurozine has published essays by authors nominated for the prize, including by a representative selection of Eurozine partner journals. These appear alongside Zagajewski's A defence of ardour and The closing of an open society, essays that demonstrate the affinity between Améry and Zagajewski -- both writers who, in the words of the jury, combine "a vigorous political alertness with an emphatic belief in art".

The essay collection was published in partnership with Jean-Améry's publisher, the German publishing house Klett-Cotta, and the Allianz Cultural Foundation. It also features A brief history of the European future by Robert Menasse, who re-launched the Jean Améry Prize in 2000 and chaired this year's jury.

Browse the 2016 Jean Améry Prize collection, including Eurozine's Introduction

NEWSLETTER AUTOMNE / FALL 2015

Newsletter                                                                                                     automne 2015  

 

Si nous portons un regard sur l’été 2015 à Lavigny, on ne peut que penser que nous avons entre les mains, avec ce lieu, un écrin de bonheur et de paix à offrir à des poètes et écrivains. Il est vrai, sur les hauteurs du village de Lavigny, entouré de ses collines douces et de vignes qui ordonnent le paysage de leurs stries, règne une atmosphère « hors du monde », règne cette paix que ressentent tous ceux qui y séjournent.

 

En ce mois de novembre, le monde est bousculé, l’Europe tendue et la France meurtrie par des attentats qui ont fait tant de victimes. Nous ne pouvons qu’avoir une pensée pour nos amis les écrivains français, les Parisiens mais les autres aussi, qui disent ne pas pouvoir se concentrer et reprendre leur travail dans la paix de l’esprit. Des traces des violences resteront dans les consciences. Le souvenir d’un séjour au Château de Lavigny apparaîtra d’autant plus comme celui d’un moment de retraite dans la quiétude propice à la création.

 

L’été dernier, le Château a accueilli des écrivains aux profils et aux origines très différents, c’est depuis toujours la richesse de la résidence. Les écrivains des pays, des continents du monde s’y croisent, se connaissent, se lisent, se traduisent et repartent avec leur carnet d’adresses enrichi. Une invitation à Rome pour aller célébrer un anniversaire ? Tous répondent oui, ils iront en Italie fêter leur amie. Les travaux de restauration de la Fontaine de Trevi sont terminés, le voile a été levé sur cette « bellissima » et mythique fontaine du baroque italien ; il sera impérieux à nos amis de jeter une pièce dans la vasque en faisant le vœu que le monde ne perde pas la tête.

 

Depuis deux ans, nousnous sommes mis à renforcer les liens avec les écrivains de Suisse romande. Des prix littéraires sont distribués à des auteurs souvent encore peu connus. A ces lauréats, nous offrons un séjour au Château, à leur convenance. Cette présence d’écrivains suisses ou habitant la Suisse permettra de mieux répondre au désir des résidents étrangers de rencontrer nos auteurs. Nous avons connu ainsi une très belle expérience l’été passé, riche de sens pour tous.

 

Soyez curieux et allez consulter le site rafraîchi et embelli du Château. Un écrivain résident irlandais plein de talent et de générosité a pris sur lui de rajeunir nos pages web et leur donner une nouvelle consistance et une belle allure. Nous lui devons une immense reconnaissance car nous nous sentons désormais portés par ce nouvel outil dont les textes et les images parlent de nous et du lieu au plus près de ce que nous sommes.

 

L’année 2016 qui s’ouvre bientôt s’annonce comme celle qui marquera le 20ème anniversaire de l’existence de la fondation. Vingt étés de résidences d’écrivains, plus de 500 poètes et romanciers, traducteurs et dramaturges et combien de pages écrites sous le toit de cette jolie demeure, combien de liens tissés et entretenus au cours des années. Nous ferons appel à vous pour célébrer cet anniversaire, nous parlerons des années écoulées, nous parlerons de vous qui avez donné vie à l’institution, qui avez rempli la mission annoncée par Jane Ledig-Rowohlt. Soyez déjà prêts ! Vos vœux, vos commentaires seront suscités, récoltés et répercutés. Absents au loin ou présents, nous soufflerons les bougies avec vous ! Et n’oubliez pas de parler de la résidence à tous les bons écrivains que vous connaissez ou rencontrez. Vos recommandations sont les meilleurs gages de la qualité des dossiers de candidature.

 

Déjà nous vous présentons nos vœux les plus chaleureux pour la nouvelle année. Qu’elle voie vos projets d’écriture fleurir et se dérouler comme vous en avez l’intense désir.

 

Newsletter                                                                                                     Fall 2015

 

As we look back at our summer 2015 at Lavigny, we realize again what a special place, full of beauty, joy and peace we have to offer our writers. The village of Lavigny, surrounded by hills and vineyards with its view of lake Leman and the French Alps, creates an atmosphere of peace and otherworldliness that is experienced by all those who stay there.

 

During this month of November the world is in crisis. Europe is tense and fearful and France is recovering from terrorist attacks that have claimed many victims. We think of our French writers, Parisians and others too, who can no longer concentrate and continue with their work in peace. Memories of this violence will leave its mark on us all. Recollections of a Chateau de Lavigny residency become ever more precious, symbolizing a safe retreat in an environment that nourishes creativity.

 

This past summer the Château welcomed writers with different profiles and backgrounds, which has always been the richness of Lavigny. A total of twenty writers from eighteen different countries and six continents came together to meet, share each other's work, translate each other, and leave with their lives changed in some way. An invitation to Rome to celebrate a birthday? Everyone says yes. Residents will gather in Italy to celebrate with new friends. The restoration of the Trevi Fountain is finished and this “bellissima”— the mythic Italian baroque fountain—is again working. They will want to toss a coin into the fountain and make a wish that the world does lose its head.

 

Over the past two years we have strengthened our ties with French-speaking Swiss  writers. Literary prizes are awarded to authors who are not yet widely-known. The Chateau offers these winners a four-week session at the Château. This fulfills the often-expressed wish of our international residents to connect with Swiss writers or those who live and work in Switzerland. Our last summer was rich in this respect.

 

We invite you to look at our website that has been recently re-designed. Our Irish resident, both talented and generous, took it upon himself to update our site giving it a new look and new spirit. He even included a video of Lavigny and its residents that he produced. We are very grateful to him, as we now have a new way to share texts and photos of our residence, and one that beautifully describes the Lavigny experience.

 

2016 marks the 20th anniversary of the existence of the Ledig-Rowohlt Foundation. Twenty years as a writers’ residence: more than 500 poets, novelists, translators, playwrights, and so many pages written under the roof of this beautiful house. So many new friends made and maintained over the years. We will make an appeal to you all to celebrate this anniversary with us. To speak of the years which have passed and share your stories. We want to hear from you, who have given life to this institution, and who have fulfilled Jane Ledig-Rowohlt's mission. Be prepared! Your good wishes and comments will be solicited, gathered and reflected upon. Whether you are near or far away, we will celebrate this anniversary together. And don’t forget tell all the good writers you know about Lavigny. Your recommendations are essential to us; they help us to maintain the quality of our residence with excellent candidates.

 

We send you our best wishes for the New Year and hope that it will bring success and the fulfillment of all your writing projects.

 

Congratulations to Hakan Günday, former resident 2006, prix Médicis Etranger 2015

Félicitations à Hakan Günday, Prix Médicis Etranger 2015 pour son roman "Encore" paru aux éditions Galaade, où il a été traduit du turc par Jean Descat

Hakan Günday a résidé au Château de Lavigny en 2006

http://bibliobs.nouvelobs.com/sur-le-sentier-des-prix/20151105.OBS8947/le-medicis-etranger-pour-hakan-gunday-et-son-monstrueux-roman-migratoire.html

http://next.liberation.fr/culture-next/2015/09/23/hakan-gunday-dans-la-peau-d-un-passeur_1389046

 

Les rencontres de Lavigny - René Zahnd

Chaque été la fondation invite des personnalités de la vie littéraire de Suisse romande à venir donner une conférence. La conférence dure une heure, elle est suivie d’un apéritif sur la terrasse.
L’entrée est libre, mais il est nécessaire de s’inscrire (chlavigny@bluewin.ch)

Pour la saison 2015, nous avons le plaisir de vous annoncer pour
le dimanche 13 septembre à 18h00

Une soirée avec RENE ZAHND

Vivre le théâtre à Lausanne et ailleurs…
L’écrivain, auteur de théâtre et traducteur René Zahnd, qui fut directeur adjoint du Théâtre de Vidy de 1999 à 2012 et qui vient de faire paraître Vidy, un théâtre au présent, 50 ans d’histoire, nous parlera de la place, de la vie des arts de la scène dans notre pays et plus loin.
 

A NEW POEM FROM STUART DISCHELL

The South Carolina based poet Stuart Dischell was a recent resident at the chateau. While here he wrote the following poem which we are delighted to include on our website.


I KNOW A FEW THINGS

Old bells wake me up
At ten, then the wing snaps
Of pigeons skirting the courtyard
Bring me to the window
Where the young cosmeticians
In their very clean outfits
On break check their phones
And smoke and laugh among
Their number and roll
Their beautiful made-up
Eyes at me when from above
I wish the three of them
A good day, then one flicks
An ash and blinks twice,
Another takes a deep drag,
And the third continues
To answer the message
Her father sent from home,
Concerning the death
Of the family cow,
So white and brown.

-Stuart Dischell-