Nos partenaires le Centre de traduction littéraire de Lausanne et le Collège de traducteurs Looren reçoivent le prix spécial de médiation 2019 de la Confédération suisse. Félicitations!

Centre de traduction littéraire et Collège de traducteurs Looren

Prix spécial de médiation 2019

Centre de traduction littéraire et Collège de traducteurs Looren

Promouvoir la traduction, c’est promouvoir les relations entre les littératures, inventer leurs points de contact, provoquer des étincelles et libérer leurs énergies respectives ; et c’est plus. C’est aussi promouvoir la joie des langues, envisager leurs résistances et leurs hospitalités. C’est promouvoir une écriture en constante évolution, urgente, belle, créative.
Le Prix de médiation est, cette année, décerné conjointement à deux institutions qui, depuis deux rives linguistiques en Suisse, promeuvent la traduction : le Centre de traduction littéraire à Lausanne et le Collège de traducteurs Looren à Wernetshausen.
Le CTL a été fondé lorsqu’en Europe tombaient des murs, en 1989. Depuis, inlassablement, par un important programme de lectures, de rencontres, d’enseignements et d’éditions, le CTL a rendu visible autant pour les actrices/acteurs de la littérature eux/elles-mêmes, que pour les chercheurs/chercheuses, les étudiant.e.s et pour le grand public cet art longtemps ignoré ou marginalisé. Il s’attache à en montrer l’importance, à en penser les enjeux et à en explorer les richesses et les plaisirs.
Le Collège de traducteurs Looren, avec sa maison, sa bibliothèque, ses espaces de travail et de partages, les formations, les bourses et les événements qu’il organise constituent un lieu exceptionnel et désormais indispensable aux traductrices et traducteurs littéraires issus de tous les horizons. Elles/ils y trouvent un cadre riche pour se former, se documenter, tisser des liens et, bien sûr, pour écrire. Le Collège est ainsi à la fois un lieu de création et de rencontre offrant aux traductrices et aux traducteurs un contexte irremplaçable pour expérimenter, penser et renouveler leur pratique.
En décernant le Prix suisse de médiation au CTL et au Collège de traducteurs Looren, le jury entend récompenser leur travail pionnier pour la promotion de la traduction littéraire, et donc plus, le plus que ces institutions donnent à penser : un engagement pour une littérature curieuse, variée et en constante réinvention par la traduction – pour une littérature vivante.

FELICITATIONS A OLGA TOKARCZUK Lauréate du prix Man Booker International  2018  (résidente au Château de Lavigny en 1997)

CONGRATULATION TO OLGA TOKARCZUK!  Winner of Man Booker International Prize 2018  (Chateau de Lavigny former resident 1997)      

https://www.theguardian.com/books/2018/may/22/olga-tokarczuk-flights-wins-man-booker-international-prize-polish?CMP=share_btn_fb

theguardian.com

Olga Tokarczuk's 'extraordinary' Flights wins Man Booker International prize | Books

Alison Flood

6-8 minutes

Olga Tokarczuk has become the first Polish writer to win the Man Booker International prize, which goes to the best work of translated fiction from anywhere in the world.

More than 100 novels were submitted for the 2018 award, and Tokarczuk’s Flights saw off work by two former winners – South Korea’s Han Kang and Hungary’s László Krasznahorkai – to secure the £50,000 prize, which is shared equally with her English translator Jennifer Croft.

Tokarczuk is a bestselling author in Poland, where she has won numerous awards and is a household name. In Flights, she meditates on travel and human anatomy, moving between stories including the Dutch anatomist who discovered the Achilles tendon when dissecting his own amputated leg, and the tale of Chopin’s heart as his sister transported it from Paris to Warsaw.

“It isn’t a traditional narrative,” said chair of judges Lisa Appignanesi, pointing to Tokarczuk’s own description of her writing as “constellation novels” to describe an author who throws her stories into orbit, allowing her readers to form meaningful shapes from them. “We loved the voice of the narrative – it’s one that moves from wit and gleeful mischief to real emotional texture and has the ability to create character very quickly, with interesting digression and speculation.”

The book’s themes – “the nomadic life that we now lead in the world, with our constant movement, our constant desire to pick up and go, whether it’s from relationships or whether it’s to other countries”, and “the limitedness, the finiteness, the mortality of the human body, which is always pulled towards the ground” – collide in Tokarczuk’s “extraordinary” stories, said Appignanesi. She also praised the novel’s translation by Croft, an American who translates from Polish, Spanish and Ukrainian and is a founding editor of the Buenos Aires Review.

Selecting Flights from a shortlist that also featured the Spanish author Antonio Muñoz Molina, Iraq’s Ahmed Saadawi and France’s Virginie Despentes was “so hard”, said Appignanesi, but Tokarczuk is “a writer of wonderful wit, imagination and literary panache” who has “has written a great many books that sound amazing, but which haven’t been translated yet”.

“We really felt this is a prize that has an interventionist quality – it allows writers to be better known in Britain, and in the English language, than they have been previously,” said Appignanesi. Flights, which is published by the tiny independent press Fitzcarraldo Editions, is only the third of Tokarczuk’s 10 books to be published in English. Her 2009 novel Drive Your Plow Over the Bones of the Dead is due out in September 2018, while The Books of Jacob, a 900-page historical epic that sold 170,000 copies in hardback in Poland and won her a Nike award – known as “the Polish Booker” – for the second time back in 2014, is due out in 2019.

A public intellectual, activist and vocal critic of Poland’s increasingly rightwing politics, Tokarczuk’s opinions have occasionally outraged some in her home country. A film adaptation of Drive Your Plow Over the Bones of the Dead – titled Pokot (Spoor) – was denounced by a Polish news agency as “a deeply anti-Christian [work] that promoted eco-terrorism”. And on national television in 2014, she said Poland had committed “horrendous acts” of colonisation at times in its history, leading to her publisher having to hire bodyguards to protect her. “I was very naive. I thought we’d be able to discuss the dark areas in our history,” she told the Guardian in an interview last month.

According to Appignanesi, translated fiction is “incredibly important”, particularly today, “when we seem to have this recrudescence of a kind of nationalism that would rather have insularity and homegrown-ness as the way of the world”.

Appignanesi was joined on the judging panel by poet and translator Michael Hofmann, the novelists Hari Kunzru and Helen Oyeyemi and journalist Tim Martin.

The Man Booker International prize delivers a reliable increase in sales for the winning book. Han’s The Vegetarian, which won in 2016, sparked a 400% increase in sales of Korean literature in the UK, while A Horse Walks Into a Bar, the 2017 winner by Israel’s David Grossman, saw its sales increase by 1,367% in the week following the award, with the publisher Penguin going through 10 reprints in a year.

Tokarczuk and Croft were presented with their awards on Tuesday night at a ceremony in London’s Victoria and Albert Museum.

Flights by Olga Tokarczuk is available at guardianbookshop.com.

 

Writers invited in 2018 - Ecrivains invités en 2018

Session 1  du 29 mai au 25 juin 2018

Jean-Louis Besson, France

Penny Boxall, Grande-Bretagne

Rockus Hofstede, Pays-Bas

Kirstine Reffstrup, Norvège

Eugenia Senik, Ukraine

 

Session 2 du 26 juin au 23 juillet 2018

Kia Corthron, USA

Jean Findlay, Ecosse

Sofiane Hadjadj, Algérie

Eveline Mailhot, Canada

Tomas Venclova, USA/Lithuanie

Tatiana Milovidova-Venclova, USA/Russie

 

Session 3 du 24 juillet au 20 août 2018

Silvia Haerri, Suisse/Italie

Charlotte Joussaume, France

John Nkengasong Nkemngong, Cameroun

Carlos Soto Roman, Chili

Sun Wei, Chine

 

Session 4 du 21 août au 17 septembre 2018

Brigitte Burmeister, Allemagne

Alain Serge Dzotap, Cameroun

Alain Lance, France

Renate Lance-Otterbein, France

Sara Omar, Danemark/Kurdistan

Katherine Silver , USA

NEWSLETTER 2017 Français / English

Chers amis du Château de Lavigny, chers anciens résidents,

La saison de résidence d’écrivains et de traducteurs 2017 fut magnifique et nous a rempli de joie.

La richesse des personnalités, leur qualité littéraire, le mélange des pays d’origine* et le mélange des générations, - ce dernier point ayant été un formidable ferment pour le travail de plusieurs – ont caractérisé le haut niveau des quatre sessions, et leur réussite grâce aussi à l’atmosphère souvent chaleureuse, parfois très joyeuse et festive, mais qui n’en a pas moins favorisé les heures d’écriture, de traduction, de lecture.

Il faut préciser que le Château s’est offert quelques innovations pour améliorer la vie quotidienne des résidents : la rénovation des salles de bain, le changement de presque toute la literie, la disparition de la moquette sur tout le 1er étage pour découvrir parquets et beaux carrelages, l’acquisition d’un salon de jardin, à l’extrémité ouest de la pelouse et de la terrasse de rosiers, face au lac, un nouveau lieu pour partager l’apéritif le soir, et les conversations, ou avoir un autre lieu de travail pour qui aime écrire à ciel ouvert.

Des collaborations artistiques futures se sont scellées entre écrivains de différents genres littéraires, et des projets de traductions sont nés. La durée du séjour - un mois -, la qualité des résidents et les conversations nourries du soir ont permis les échanges et la découverte d’affinités pour désirer faire se rejoindre des langues originales à travers la traduction ou par l’écho d’une résonnance artistique.

Des visites réciproques se sont faites avec les résidents de « La Maison de l’Ecriture » à Montricher. Ils sont venus assister à nos Lectures, ceux du Château de Lavigny ont découvert leur bibliothèque, l’exposition en cours, et de part et d’autre des échanges fort appréciés, d’expériences de travail et de vie, ont eu lieu.

Chers anciens résidents que nous tenons au courant de notre activité qui dure, nous apprécions que vous parliez de la résidence à vos amis écrivains, traducteurs, qui souhaiteraient trouver un lieu de travail dont vous pouvez penser qu’il leur conviendrait, et que nous souhaiterions inviter.

Et sur vous, chers amis du Château de Lavigny, pour assister aux Lectures et rencontres avec les auteurs et traducteurs invités, leur apporter votre écoute, vos questions, vos qualités, et donner à leur séjour une présence et une profondeur qui vienne du pays d’accueil, cette romandie qui a su être un carrefour pour tant d’écrivains, artistes suisses et étrangers. 

La qualité de la résidence augmente chaque année, nous le constatons. C’est la récompense de notre action pour l’améliorer toujours, comme l’action de Sophie Kandaouroff, la directrice du lieu. Cette qualité nous vient de nos auteurs et traducteurs invités, elle est amplifiée par tous ceux qui viennent les écouter et les rencontrer.

Avec nos amitiés, et notre meilleur souvenir.

Pour le comité,

Ghislaine Dunant.

 

*Nos résidents sont venus cette année - pour citer quelques uns des nombreux pays - de Hongrie, Taïwan, France, Sénégal, Danemark, Ukraine, Australie, Algérie, Croatie, Etats-Unis, Afrique du Sud…

 

 

Dear Friends of the Chateau de Lavigny and former residents,

Our summer 2017 residencies for writers and translators were wonderful and productive.

We welcomed extraordinarily talented residents who came to Lavigny from all over the world* and who also represented different generations. This diversity led to exceptional collaborations and exchanges, which was a special characteristic of this year's four sessions. Throughout the summer there reigned a warm, joyful, sometimes festive atmosphere, accompanied by hours of concentrated writing, reading and translating.

This year we also started the season at the chateau with some special changes and improvements: the first floor's beautiful parquet was discovered underneath carpeting and is now visible, all the chateau's bathrooms were renovated and we've added a special seating area in the garden facing the lake amid the roses on the terrace. This new arrangement makes a perfect spot for the evening aperitif, sharing a conversation and also serves as an additional place to write for those who enjoy working outside.

Collaborations were initiated between writers working in different literary genres, and translation projects were conceived. Lavigny's month-long residency helped to foster— along with the talent of the writers and conversations shared in the evenings—an atmosphere where affinities were discovered: residents worked together to bring to light the beauty of an original language through translation or other types of artistic echoes.

Summer 2017 also saw exchanges between writers at The Chateau de Lavigny and those at The Jan Michalski Foundation in Montricher. The latter attended our summer reading series; Lavigny residents discovered The Jan Michalski Foundation's wonderful library and summer exhibition. Everyone benefited from this new opportunity in the Vaud for cultural exchange around literary work, life experiences and place. We look forward to further collaborations.

As always, we count on you, our former residents, to spread the word about the Chateau de Lavigny, and to encourage your fellow writers and translators who are seeking a residency to apply.  

And to our Friends of Lavigny, we thank you for your support and your warm attendance at the summer reading series for our writers and translators. Your presence, attentiveness, questions and support are a vital part of the summer season. They are a reflection of Switzerland and the Vaud's tradition of welcome, reflecting how this region has long been a center of artistic exchange for so many Swiss and foreign writers.  

It is our hope that the residency experience at the Chateau de Lavigny improves with each passing year. This is the goal of both the Steering Committee and Sophie Kandaouroff, the Chateau's director who graciously cares for our writers throughout their stay. But the professionalism and magic of the residency always stems from the writers themselves and those who come to listen to them and share in their work.

With best wishes,  

Ghislaine Dunant

For the Chateau de Lavigny

(translation from French Ellen Hinsey)

 

*2017 residents came from a wide range of countries including—Hungary, Taiwan, France, Senegal, Denmark, Ukraine, Australia, Algeria, Croatie, The United States, South Africa—to name just a few.

 

 

PHILIPPE RAHMY IN MEMORIAM

Former resident of Château de Lavigny (2015), the writer Philippe Rahmy (1965 - 2017)

"Des mots de minuit" : émission du mercredi 3 octobre 2007. 
Réalisation : Jean-François Gauthier
©Des mots de minuit/France 2

Le poète et romancier Philippe Rahmy dont une partie des textes questionnaient le corps souffrant était atteint de la maladie incurable des os de verre. Précoce, alité pendant de longues périodes, Il a pu, écrire une œuvre dense, poétique et romanesque. De la poésie chez Cheyne puis, en 2013, "Béton armé", son premier livre à La Table Ronde, le portrait de villes chinoises (notamment Shanghaï) en plein développement. Son roman Allegra, sort en 2016. l’histoire d’un «musulman fragmenté», miné par le déni, dans la City de Londres. Comme un double négatif de l’auteur.
Il est mort à 52 ans, le 1er octobre, quelques semaines après la publication de Monarques (La Table ronde), l’un des livres marquants de cette rentrée 2017. Un hommage à son père égyptien, un récit d'enfance sous le signe de la maladie et une évocation de Herschel Grynszpan, un adolescent juif de 17 ans qui, venant d'apprendre que ses parents étaient expulsés du Reich, tua Ernst von Rath, un fonctionnaire nazi à Paris en 1938. Un meurtre qui déclencha la nuit de cristal en novembre de cette année-là.

À l'automne 1983, je quitte ma campagne au pied du Jura, pour suivre des cours à l'école du Louvre. Je découvre Saint-Germain-des-Prés, ses librairies, ses éditeurs, ses cafés, ses cabarets. Mais en Suisse, à la ferme, mon père est malade. J'apprends qu'il est à l'agonie le jour où je croise le nom d'Herschel Grynszpan, un adolescent juif ayant fui l'Allemagne nazie en 1936, et cherché refuge à Paris.
Il m'a fallu trente ans pour raconter son histoire en explorant celle de ma propre famille. J'ai frappé à de nombreuses portes, y compris celles des tombeaux. J'ai voyagé en carriole aux côtés de ma grand-mère, de ma mère et de mes deux oncles fuyant Berlin sous les bombardements alliés. Je me suis embarqué pour Alexandrie en compagnie de mes grands-parents paternels, et j'ai assisté à la naissance de mon père dans une maison blanche au bord du désert. Un père dont j'ai tenu la main sur son lit de mort, avant de découvrir son secret. Herschel a cheminé à mes côtés durant mes périples, autant que j'ai cherché à retrouver sa trace.

Philippe Rahmy. "Monarques" La table ronde, 2017.

Philippe Rahmy venait d’obtenir une résidence d’écriture à la Fondation Jan Michalski à Montricher

Après deux recueils de poésie, parus aux Editions Cheyne en 2005 et 2007, il a exploré diverses formes d’écriture expérimentale, notamment sur la plateforme de création et de critique littéraire remue.net, dont il était l’un des piliers. Maniant images, sons, vidéos et mots, Philippe Rahmy avait toujours plusieurs projets poétiques en cours, comme celui sur les villes abandonnées, projet d’écriture collaborative sur les ruines pour les Editions D-Fiction.

Je veux encore dire que chaque vie me semble plus digne d’amour que la mienne mais que je n’en désire aucune autre, pas même celle dont je suis privé. Il vient dans cet absentement concret qui me blesse un peu plus de beauté chaque jour : à mesure que je m’éloigne de la lumière, je m’enfonce davantage en elle.

Philippe Rahmy. Cheyne Éditeurs, 2005.
 

Texte: Philippe Lefait, Franceinfo 4/10/ 2017.

 

Célébration du XXème anniversaire de la résidence du Château de Lavigny, discours du 15 septembre 2016

Lavigny, le 15 septembre 2016,

Chers amis du Château de Lavigny, et plus particulièrement de la résidence pour écrivains qu’il abrite,

Nous sommes heureux de vous accueillir en ce jour d’anniversaire et vous remercions d’être venus pour y participer, célébrer l’événement avec nous et les écrivains qui résident actuellement dans la maison.

Il était une fois……..

Heinrich Maria Ledig-Rowohlt, un célèbre éditeur allemand qui avait connu les heures sombres de la guerre dans son pays mais avait pourtant réussi à faire survivre dès 1945 l’activité éditoriale lancée par son père, qui trouvait à Lavigny, dans ce paysage de campagne et de  vignes, un refuge bienheureux. Cette maison allait connaître une effervescence littéraire incroyable du vivant de l’éditeur qui convoquait entre autres chez lui les plus grands écrivains américains de l’après-guerre, afin de les faire traduire et donner à lire aux Européens. Le Château fut acheté en 1970 par Heinrich et Jane Rowohlt qui y vécurent jusqu’à leur décès.

Il y a donc 20 ans…..

En 1996, 4 ans seulement après le décès de Ledig-Rowohlt, le Château de Lavigny recevait pour la première fois 4 écrivains venus des 4 coins du monde (déjà !), inaugurant ainsi la résidence pour écrivains. Depuis cette année-là, à la belle saison, la maison accueille des écrivains qui séjournent ici un mois pour travailler à leur projet et qui tissent entre eux des liens durables et précieux, d’après ce qu’ils rapportent.

La transition n’a donc pas été longue. En 1996, la maison retrouvait une vocation littéraire, mais sous une autre forme.

Evoquer toutes ces années de résidence serait une longue histoire. Mais pour nous qui avons mené à bien ce programme, ce fut une jolie histoire. Un comité de 5, parfois 6 personnes, un jury en février pour sélectionner les dizaines et dizaines de dossiers de candidature, et enfin l’accueil, principalement l’œuvre de Sophie Kandaouroff, la maîtresse des lieux. Les étés se sont succédés, un peu plus de 500 écrivains, romanciers, poètes, traducteurs ont couvert ici des pages et des pages d’écriture. Nous avons toujours été attentifs à inviter des bons traducteurs, conscients que nous étions de l’héritage de Ledig-Rowohlt qui s’était tant attaché à susciter des traductions. Peu d’angoisse de la page blanche, a-t-on appris. Les lieux sont propices, l’inspiration n’a pas de retenue, les mots coulent.

Aujourd’hui, pour évoquer ces années de résidence, nous disons : place aux écrivains !

En effet, si cette résidence d’écrivains a un sens, si elle a une valeur, c’est aux écrivains qui y ont séjourné qu’on le doit. Ce sont eux, leurs textes, leurs poèmes, leurs écrits qui ont donné tout son sens et toute sa  valeur au programme.

A l’occasion de cet anniversaire, nous avons convoqué plusieurs écrivains résidents, des anciens qui sont aujourd’hui absents mais qui ont laissé des propos parlants dans les livres d’or, d’autres qui ont contribué par des écrits à l’anthologie que nous avons assemblée et qui vous sera présentée ; d’autres encore qui sont venus tout exprès d’ici et d’ailleurs et qui liront de courts extraits. La conclusion sera musicale, une surprise !

 Je le disais un peu plus haut, ici l’inspiration n’a pas de retenue, les mots coulent.

Justement à propos de l’émergence des mots, écoutez ce que disait la poétesse américaine Rita Dove, prix Pulitzer de poésie en 1987, qui faisait séjour ici la première année de résidence.

« A funny business, this writing of poems…

For the poet wrestles with the bones of the language, trying to unleash the soul within those bones. And so one is constantly searching for the perfect word – a word so right, it trembles at the slightiest explanation, a word that sings as it leaves the tongue and vibrates in the air long after its sounding.

Here at the Rowohlt Château in Lavigny, I can walk out onto the thread of a thought with no fear of it snapping. »

« Je peux marcher sur le fil d’une pensée sans craindre de le briser. »

Ben Okri, le poète et romancier nigérian qui séjournait au Château cet été au mois d’août, parlait, lui, de magie. Vous direz peut-être que c’est facile de parler de magie, mais ce queBen Okri en dit est révélateur.

Je cite en anglais « magic is a much misunderstood phenomenon. People think it fantastical. But true magic is quiet, its effect is transformative. But you don’t know how true transformations happened. Magical is what Château de Lavigny is ; and it has worked its magic on me ». Il parle d’alambic, de chaudron d’alchimie. Il dit que les problèmes d’écriture se sont dénoués d’eux-même. Plus loin je cite de nouveau « beyond writing we all felt ourselves subtly and not so subtly changed here, as if an unvisible Prospero of life brings us  a new shore of being »

Prospero, ce magicien de Shakespeare qui règne sur les esprits et les éléments naturels grâce à ses livres. Un invisible Prospero qui nous mène vers un nouveau rivage de nous-même.

Je terminerai en évoquant brièvement Georges Borgeaud qui passa le mois de juin au Château en 1997. Il est le seul écrivain qui n’écrivit pas une ligne pendant son séjour. Il était très âgé. Il tenait salon au fond du jardin, convoquant ses amis et tout un monde qui venait lui rendre visite, tenant de longues conversations avec lui qui était encore très disert. Sur la table de jardin, il y avait quelques-uns de ses livres. Il demandait à l’un ou l’autre lecture d’une page ou deux.

Il a écrit dans le livre l’or : « le pays d’Aubonne et ses environs ont été les miens dans mon adolescence. Voilà que j’y suis revenu bien des années après en cet été 1997. Je n’aurais jamais pensé qu’un jour je serais l’hôte d’un château avec d’autres écrivains. Ainsi je fais la boucle entre la jeunesse et, hélas, la vieillesse. » Nous avons été très heureux de le recevoir au Château.

 

CONGRATULATIONS TO ADAM ZAGAJEWSKI, Former resident 2000, for The Jean Améry Prize 2016

 

2016 Jean Améry Prize collection

 

Yesterday, Adam Zagajewski was awarded the 2016 Jean Améry Prize for European essay writing in Berlin. To coincide with the award ceremony, Eurozine has published essays by authors nominated for the prize, including by a representative selection of Eurozine partner journals. These appear alongside Zagajewski's A defence of ardour and The closing of an open society, essays that demonstrate the affinity between Améry and Zagajewski -- both writers who, in the words of the jury, combine "a vigorous political alertness with an emphatic belief in art".

The essay collection was published in partnership with Jean-Améry's publisher, the German publishing house Klett-Cotta, and the Allianz Cultural Foundation. It also features A brief history of the European future by Robert Menasse, who re-launched the Jean Améry Prize in 2000 and chaired this year's jury.

Browse the 2016 Jean Améry Prize collection, including Eurozine's Introduction

English
Français